S13 - Biens communs et développement territorial

S13 - Common goods and territorial development

Organisation: KEBIR Leïla / WALLET Frédéric

Mots clé : biens communs, territoires, développement territorial, communs territoriaux

La notion de biens communs n’est pas nouvelle et fait l’objet d’une littérature abondante dans le domaine des sciences sociales et du droit. Convoquée aujourd’hui de manière explicite dans le développement des territoires elle soulève un certain nombre de questions. En effet de nombreuses initiatives, projets, colloques, journées, se structurent aujourd’hui autour de cette notion. Cristallisant diverses problématiques actuelles, mobilisatrices de collectifs locaux, elles ont pour objet la transition énergétique, l’aménagement urbain durable, la gestion des ressources naturelles, des espaces publics, la mise en place d’une économie circulaire ou d’écosystèmes urbains pour ne citer que ceux-ci. Par ailleurs, on observe la présence d’une multitude de biens communs dans la société contemporaine. Se déclinant de manière plus ou moins incluantes/excluantes telles que les jardins partagés, l’économie sociale et solidaire, l’économie collaborative ou du partage, certains circuits courts alimentaires, la consommation partagée, le mouvement des creative commons, etc. ces biens communs participent aujourd’hui à la fabrique des territoires et à leur développement.

Ces phénomènes interrogent la manière dont se conçoit aujourd’hui le développement des territoires. Aux dimensions clairement économiques et de compétitivité (création de connaissances, de ressources productives, etc.), s’associent désormais des aspects sociétaux et hors cadre strictement économique (amélioration du bien-être et de la qualité de vie) mais dont la prise en compte tend à devenir de plus en plus explicite dans les stratégies de développement. Témoignant d’une évolution de notre société vers des modes de valorisation et de gestion des ressources territoriales plus collectives, plus participatives, dans lesquels sont impliquées les parties prenantes et en particulier les usagers, ces démarches semblent aujourd’hui traduire une aspiration vers un développement plus localisé, inclusif, durable et équitable ; sans pour autant ignorer les tensions et les dimensions conflictuelles du développement. Se posent alors plusieurs questions :

  • Comment ces biens communs mobilisent-ils le territoire, ses objets-ressources, ses acteurs et ses proximités ?
  • Quelles implications ont-ils en termes d’acteurs et de gouvernance. En particulier en termes d’équité (risques de phénomènes d’exclusion et de passagers clandestins), de gestion à long terme des objets-ressources concernés (gestion des externalités négatives, des rivalités) et des conflits potentiels associés ?
  • Comment ces phénomènes interrogent-ils le développement territorial. Permettent-ils de traiter de nouveaux enjeux du développement des territoires ? Ou d’en revisiter d’anciens. En quoi contribuent-ils à renouveler les modèles, méthodes et approches en la matière ?

Cette session spéciale est ouverte à des articles de toutes les disciplines de la science régionale, qu’ils soient de réflexion théoriques et/ou qu’ils présentent des résultats empiriques.

Contacts : Leïla Kebir - leila.kebir(at)eivp-paris.fr et Frédéric Wallet - frederic.wallet(at)agroparistech.fr

**********************************

Key-words: common goods, territories, territorial development, territorial commons

The notion of common goods is not new and is at the heart of abundant research in many fields of social sciences and law. Appearing today explicitly in territorial development, common goods raise several questions. Indeed many initiatives, projects, symposiums, conferences, are structured today around this notion. Crystallizing various current issues, mobilizing local communities, they have to do with energy transition, sustainable urban planning, management of natural resources, public spaces, the establishment of circular economy or urban ecosystems, etc. Moreover there is a multitude of common goods in contemporary society. More or less inclusive / excluding, phenomena such as community gardens, social solidarity economy, collaborative or sharing economy, some short food supply chains, shared consumption, creative commons movements, etc. now participate in the « making » of territories and in their development.

These phenomena question the way in which the development of territories is conceived today. The economic and competitiveness dimensions (creation of knowledge, productive resources, etc.) now also combine societal and non-economic aspects (improvement of well-being and quality of life). It tends to become increasingly explicit in development strategies. These phenomena are also signs of an evolution of our society towards more collective and participative modes of exploitation and management of territorial resources in which stakeholders and in particular users are involved. These approaches seem today to reflect an aspiration towards a more localized, inclusive, sustainable and equitable development model; without ignoring the tensions and conflicting dimensions of development. In this context, several questions emerge:

  • How do these common goods mobilize the territory, its resources, its actors and its proximities?
  • What implications do they have in terms of actors and governance? In particular, regarding equity (risks of exclusion phenomena and free riders), long-term management of the good (management of negative externalities, rivalries) and associated potential conflicts?
  • How do these phenomena question territorial development? How do they contribute to the renewal of models, methods and approaches?

This special session is open to papers from all disciplines of regional science, whether they present theoretical reflection and/or empirical results.