S27 - Repenser l’attractivité territoriale en Europe à l’aune du bien-être des individus

Organisation: BOURDEAU-LEPAGE / SOTO Didier

Mots-clefs: Attractivite, Bien-etre, Developpement economique, Inegalites socio-spatiales.

Cette session s’inscrit dans la problématique générale de l’analyse des facteurs de localisation des individus et des entreprises et des inégalités socio-spatiales. Jusqu’à très récemment, la majorité des recherches sur l’attractivité territoriale étudiait soit les facteurs de localisation des entreprises (tels que le niveau et la densité d’équipements, les infrastructures, l’accessibilité au marché, le cadre institutionnel…) et leur présence ou absence sur un territoire, soit la qualité de vie des individus dans ces mêmes territoires. Nous souhaitons avec cette section spéciale tisser un lien entre ces deux types d’approches pour repenser l’attractivité des territoires. Cela pour plusieurs raisons.

D’abord, dans le contexte actuel de changements rapides induits par la libéralisation de l’économie, l’ouverture et l’émergence de certains pays et les progrès techniques, la globalisation - que l’on peut définir comme le processus par lequel la production, l’échange et la consommation sont intègres à une échelle planétaire de manière quasi-instantanée - est un fait avère et la croissante urbaine une évidence. Dans ces conditions, les facteurs classiques de localisation des entreprises ne semblent plus suffisants pour expliquer l’attractivité des territoires.

Ensuite, les préoccupations environnementales et la prise de conscience des externalités négatives générées par les activités humaines sur l’environnement, verdissent la société occidentale, conduisant : 1) les entreprises à repenser leur manière de produire des biens et des services et 2) l’homo urbanus de Rifkin à devenir l’ homo qualitus (Bailly & Bourdeau-Lepage, 2011).

L’enchevêtrement de ces deux phénomènes a un effet sur les critères de localisation de ces deux acteurs et sur l’attractivité des territoires. L’homo qualitus qui ne cherche pas seulement à optimiser son bien-être matériel et immatériel, mais fait de la satisfaction de son désir de nature et de la préservation de l’environnement un élément de son bien-être, va rechercher une localisation qui lui permette de satisfaire ses préférences toute chose égale d’ailleurs. Il sera ainsi sensible aux aménités environnementales. Les firmes, elles devront s’interroger sur la qualité de vie qu’elles fournissent à leurs employés lorsqu’elles s’installent sur un territoire. Cette session se propose de repenser l’attractivité des territoires de manière à mieux saisir les processus de développement économique qui se déploient en Europe. Pour cela, les papiers présentes devront s’inscrire dans l’un des sous-thèmes :

1) Détermination des facteurs actuels de l’attractivité territoriale au niveau des entreprises

et/ou des individus

2) Identification des éléments constitutifs du bien-être des individus ;

3) Mise en évidence des différences d’attractivité à différentes échelles : urbaines/rurales,

interurbaines, intra-urbaines, régionales… ;

4) Exploration du lien entre le bien-être des individus et l’attractivité territoriale.